Paresse quand tu nous tiens

Publié par

Salut la compagnie,

Je suis venu remonter le moral des troupes en ce mois de février plutôt gris et tristounet. Je sais que je n’ai pas été très actif côté blog mais j’ai une bonne excuse. Enfin non, mais j’ai trois mots à dire: Zelda Skyward Sword. J’ai aussi lu pas mal de BD mais je vous en reparlerai plus tard car j’aimerais vous présenter une petite entrevue réalisée avec Sylvain Lemay, professeur  enseignant aux étudiants du programme de bande dessinée de l’École multidisciplinaire de l’image (ÉMI) à l’Université du Québec en Outaouais.

MR- Tout d’abord, y a-t-il de nouveaux développements concernant les Rendez-vous de la bande dessinée de Gatineau?

 SL- Oui. Une OSBL «Les rendez-vous de la bande dessinée de Gatineau» a été créée afin de prendre en charge le Rendez-vous. Nous avons effectué beaucoup de travail jusqu’à maintenant, mais nous en avons encore beaucoup devant nous. Nous voulons nous assurer d’avoir une bonne base organisationnelle et financière avant la tenue du prochain Rendez-vous.

 Je n’en dis pas plus pour l’instant. Mais nous allons dévoiler plus d’informations lors du Salon du livre de l’Outaouais durant une table ronde le vendredi 02 mars à 20h30 à la scène Yves-Thériault.

 MR- Gatineau est un des bastions de la BD au Québec. Crois-tu qu’avec le temps, les bédéistes de la région pourront faire leur marque à l’international? 

 SL- Il n’y a pas de raison pour que cela ne se fasse pas. Déjà Iris a publié sa dernière série chez l’éditeur français Delcourt. Beaucoup d’auteurs québécois font maintenant leurs marques sur la scène internationale.  Alors qu’ils soient de la région, de l’Estrie ou de la Gaspésie cela importe peu. L’important c’est la qualité du travail et le talent des auteurs.

Quant à donner une couleur locale à son œuvre, cela ne semble pas nuire à la reconnaissance à l’extérieur de la région si la qualité est au rendez-vous. L’exemple des «Paul» de Michel Rabagliati est exemplaire à ce sujet. Sa série fonctionne très bien en Europe alors qu’il met en scène des personnages et un univers très québécois. Edmond Baudoin, un grand auteur français qui a enseigné chez nous au début du siècle, me disait que pour parler aux autres, il faut d’abord être capable de parler de soi. Un autre exemple, plus modeste, est la bande dessinée que j’ai publiée avec André St-Georges, Pour en finir avec novembre qui a connu un grand succès partout au Québec même si l’action se déroule entièrement à Gatineau et à Ottawa.

 MR- Michel Rabagliati fait un tabac avec la série Paul: Est-ce que l’engouement pour la BD se perpétuera ou est-ce plutôt un feu de paille?

 SL- Est-ce que tu veux dire au Québec ? La réussite de Michel permet aux médias de s’intéresser de plus en plus à la bande dessinée. Il faut espérer que ces médias continuent de s’y intéresser et qu’ils aient également la curiosité d’aller voir d’autres auteurs.  Je ne nommerai pas de noms, mais nous avons au Québec depuis quelques années un bassin incroyable d’auteurs de très grande qualité et ce, dans tous les genres de la bande dessinée.  Je ne vois vraiment pas pourquoi la bande dessinée au Québec connaîtrait un mouvement de recul.

MR- Le numérique a commencé à faire son apparition dans l’industrie du livre depuis maintenant quelques années. Est-ce que ce médium s’imposera aussi dans le monde de la BD ou est-ce que les gens continueront à acheter des albums?

 SL- Selon moi cela va prendre plusieurs générations avant de voir le livre disparaître. Par exemple, mes enfants sont encore très attachés au livre physique. À l’âge adulte, ils connaîtront peut-être une certaine nostalgie du livre puisqu’ils auront connu cela durant leur tendre enfance. Quant à moi, si j’achète de la musique en ligne, je continue quand même d’acheter des cd. Pour les livres, je devrais passer bientôt au numérique, mais je serai bien incapable de me défaire des livres en papier. En ce qui concerne la bande dessinée, je ne suis pas pressé. Et je suis convaincu que les albums ont encore une longue vie devant eux.

À très bientôt les poussinots!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.