Paroles de scouts

Publié par

🎶🎶Être louveteau, louveteau, louveteau, c’est ce qu’il y a de plus chic. ĂŠtre louveteau, louveteau, louveteau, c’est ce qu’il y a de plus beau.🎶🎶

Ah le scoutisme ! Sa réputation n’est plus à faire. Le mouvement est sans conteste frappé d’un sceau d’excellence en ce qui a trait aux valeurs qu’il véhicule. Fermez les yeux et pensez à un scout. Je parie que vous avez tous imaginé ce personnage emblématique qui respire la jeunesse et la probité ; l’incarnation du bien sur Terre. Toujours prêts — leur devise — à aider une vieille dame à traverser la rue ou à sauver un chaton coincé dans un arbre. Ils sont tellement parfaits que cela frise l’aliénation mentale.

Évidemment, tout cela n’est que balivernes : les scouts sont des gamins comme les autres. J’ai moi-mĂŞme Ă©tĂ© louveteau et je peux affirmer que nous n’étions qu’une bande de prĂ©ados sans malice. Pour ĂŞtre honnĂŞtes, nous n’avions rien Ă  faire de leur serment Ă  la noix.

Le scout est digne de confiance, loyal, charitable, amical, courtois, gentil, obéissant, joyeux, économe, brave, pur et respectueux.

Nous Ă©tions tous prĂŞts Ă  Ă©couter leur laĂŻus si, en retour, nous pouvions manipuler un canif et une boussole. Il ne faut surtout pas oublier le pouvoir d’attraction de l’uniforme sur la gent fĂ©minine. Qui pourrait rĂ©sister Ă  ces badges ? Nous pouvions toujours rĂŞver…

🎶🎶Dans la troupe y’a pas d’jambes de bois. Y’a des nouilles, mais ça ne se voit pas.🎶🎶

Les scouts de la troupe 142, les protagonistes du roman graphique du mĂŞme nom, ne font pas exception Ă  la règle. C’est Ă  travers le rĂ©cit d’une semaine d’expĂ©dition en forĂŞt que leur personnalitĂ© se dĂ©voile. Les masques ,et parfois les gants, tombent. Les insultes pleuvent et les mots blessent : vivre en promiscuitĂ© peut exacerber les Ă©motions et enflammer les tempĂ©raments.

troupe142
Éditions çà et là 2013, Mike Dawson

Chaque tente est un microcosme avec ses propres lois et rivalitĂ©s. Comme dans une vraie meute, il y a des dominants et des dominĂ©s. S’ajoute souvent Ă  cette Ă©quation un souffre-douleur. Celui-ci est continuellement la victime des railleries et de la frustration de ses camarades. Le sort est tombĂ© sur Chuck; il a tirĂ© la paille la plus courte. Personne ne saurait dire pourquoi  les enfants sont parfois si cruels.

troupe2
Éditions çà et là 2013, Mike Dawson

C’est Lord Robert Stephenson Smyth Baden-Powell of Gilwell (essayez de le dire trois fois sans bafouiller) qui doit se retourner dans sa tombe !

Transformer l’art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en l’art d’apprendre aux jeunes à faire la paix.

Tel Ă©tait le premier objectif de celui que les scouts surnomment affectueusement BP.

Je vous sens tout dĂ©pitĂ©s…

On s’amuse pourtant bien au camp : on prend du LSD, on sculpte des godes, on fait des discours anti-gais.

troupe142_image
Éditions çà et là 2013, Mike Dawson

Mon apprĂ©ciation globale de la BD ? La trame narrative est bien travaillĂ©e et le rĂ©cit captivant. Les dessins sont prĂ©cis sans tomber dans l’excès et certains clins d’œil aux annĂ©es 90 sont insĂ©rĂ©s de façon astucieuse.Je ne suis pas le seul Ă  le penser puisque le webcomic dont est tirĂ© le livre a gagnĂ© le prix Ignatz pour la meilleure bande dessinĂ©e en ligne en 2010. Par ailleurs, il n’est pas rare que mes achats soient guidĂ©s par la mention des prix remportĂ©s en page couverture. Ils constituent une porte d’entrĂ©e vers l’univers de l’auteur et celui de Mike Dawson est Ă©clectique. De sa passion de jeunesse pour le groupe Queen dans « Freddie et Moi » Ă  ses prĂ©occupations en tant que parent dans « Nouvelles du front d’un père modèle », chaque thème nous immerge dans une nouvelle rĂ©alitĂ© dĂ©taillĂ©e avec minutie.

Il est certain que mon interprĂ©tation de ce roman graphique est passĂ©e Ă  travers le prisme de ma propre expĂ©rience. Des souvenirs, parfois douloureux, sont remontĂ©s Ă  la surface lors de sa lecture. Le temps panse les blessures tel un jeune scout dans son cours de secourisme. Je conserve prĂ©cieusement les moments partagĂ©s en compagnie de la meute 6e C Saint-Paul d’Aylmer, et j’espère que mes enfants y seront un jour aussi bien accueillis. Cet ouvrage empreint d’une douce nostalgie vĂ©hicule un message sous-jacent important : l’intimidation ne profite Ă  personne. C’est pourquoi je dĂ©cerne Ă  Mike Dawson le badge de « l’ami de tous » pour son ouverture aux autres et lui rĂ©serve une double ration de guimauves pour le feu de joie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.